Archive de l’étiquette aide

visa

Un guide complet des visas en Asie du Sud-Est

Visas de l'Asie du Sud-est

L’une des choses les plus stressantes pour de nombreuses personnes lors de la planification d’un grand voyage est de déterminer quels pays ont besoin d’un visa, qui n’en ont pas, combien ils coûtent, où faire une demande, quand faire une demande et un million d’autres questions liées aux visas. 

Visas Informations

Yepicai

Yepicai

Serial trotter

Les exigences en matière de visa varient en fonction de la nationalité que vous êtes et que les réglementations changent tout le temps, je vous recommande fortement de consulter le site de l’ambassade de chaque pays avant de commencer votre voyage.

 

Indonésie

Les visas de tourisme et de transit à l’arrivée sont disponibles pour les ressortissants de ces 52 pays et territoires. Un visa de touriste jusqu’à 30 jours coûte 35,00 $ US. (Cela semble augmenter toutes les quelques années!) L’entrée sans visa à l’arrivée pendant 30 jours sans frais est disponible pour les ressortissants des 11 pays et territoires suivants: Brunei Darussalam, Chili, Hong Kong, Macao, Malaisie, Maroc, Pérou, le Philippines, Singapour, Thaïlande et Vietnam.

Les visiteurs en séjour prolongé encourent une pénalité de 20 $ US par jour pour un séjour de moins de 60 jours. Restez plus longtemps et vous pourriez vous retrouver dans une prison indonésienne !! Ces sanctions peuvent s’additionner rapidement, il pourrait donc être préférable de prendre un vol AirAsia bon marché, puis de rentrer dans le pays pour un autre mois.

** Expérience personnelle ** Je n’ai pas eu de dollars américains à mon arrivée à Bali et cela a causé beaucoup de tracas car il n’y a pas de guichet automatique à l’intérieur de la zone douanière. J’ai dû les supplier de me laisser sortir pour récupérer l’argent, puis de revenir à l’intérieur pour payer le visa puis de repartir. Mon conseil pour le routard fauché , je recommande fortement de vous préparer avec au moins 100 dollars de la monnaie de votre pays pour éviter de tels incidents. Je suis maintenant toujours sûr de voyager avec au moins 100 dollars américains dans mon portefeuille pour des moments comme celui-ci!

Singapour

La plupart des nationalités (nord-américains, sud-américains, la plupart de l’Afrique australe, européens et australiens) n’ont pas besoin de visa pour Singapour pendant les 30 premiers jours et dans certains cas 90 jours. (Vous voudriez avoir BEAUCOUP d’argent pour être un touriste à Singapour plus longtemps que ça!)

Vous avez simplement besoin d’une preuve de voyage, une preuve que vous avez suffisamment de fonds (imprimez un relevé bancaire avant de voyager) et un passeport valide pendant au moins 6 mois. Si vous êtes d’Afrique du Nord, du Middles East et de quelques autres destinations, vous aurez probablement besoin d’un visa et vous trouverez plus d’informations ICI .

Malaisie

À l’instar de Singapour, de nombreuses nationalités (la plupart des pays européens, nord-américains, sud-africains, australiens, etc.) n’ont pas besoin de visa pour la Malaisie. Vous êtes autorisé à rester en Malaisie pendant 90 jours (bien que cela varie en fonction de la nationalité.)

Thaïlande

En tant que l’une des destinations touristiques les plus populaires d’Asie du Sud-Est, vous serez heureux de savoir que les choses * devraient * être assez faciles pour vous ici en matière de visas. La plupart des pays occidentaux peuvent entrer sans visa pour un séjour pouvant aller jusqu’à 30 jours.

Si vous souhaitez rester en Thaïlande pendant PLUS de 30 jours, vous pouvez demander un visa de 60 jours dans une ambassade thaïlandaise avant votre arrivée. Si vous êtes déjà en Thaïlande et avez besoin d’une extension, vous pouvez vous rendre au bureau d’immigration le plus proche, payer les frais de 1 900 bahts et prolonger votre visa de 30 jours en quelques heures.

Cambodge

e suis allé deux fois au Cambodge l’année dernière et les deux étaient relativement sans tracas. Relativement!! Presque tous les visiteurs au Cambodge ont besoin d’un visa. À moins que vous ne veniez d’Asie du Sud-Est, vous en aurez probablement besoin. J’ai trouvé le processus de visa électronique assez simple. Il vous suffit de postuler en ligne, de payer les frais de 30 dollars et votre visa vous est envoyé par e-mail. Vous l’imprimez ensuite et le remettez à l’immigration à votre arrivée. À Phnom Penh, les visas touristiques peuvent être prolongés (une seule fois), ce qui vous donne 30 jours supplémentaires pour un coût d’environ 30 dollars.

** Expérience personnelle ** Quoi que vous fassiez, assurez-vous d’imprimer DEUX COPIES de votre e-visa et de les conserver dans un endroit très sûr où ils ne seront pas humides ou déchirés (oui, c’est exactement ce qui m’est arrivé – et pourrait vous arriver si vous voyagez pendant la saison de la mousson !!) Lorsque vous quittez le pays, ils ne vous laisseront pas partir avant de remettre la deuxième copie de votre e-visa. Je me suis littéralement retrouvé coincé à un poste frontière louche grâce à cette erreur, je leur ai finalement remis une boule de papier mouillé qu’ils pouvaient (à peu près) vérifier était une copie de mon e-visa !! Leçon apprise!!

Vietnam

À peu près TOUT LE MONDE a besoin d’un visa pour le Vietnam, sauf si vous avez la chance d’être originaire de l’un de ses pays voisins… ou de la Russie. Assez aléatoire, je sais. Le Vietnam est certainement le pays qui cause le plus de tracas en ce qui concerne l’obtention du visa. La première chose que vous devez savoir, c’est qu’ils n’émettent pas de visa à l’arrivée sauf si vous avez une lettre d’invitation d’une agence de voyage.

Il est très important de décider du type de visa dont vous avez besoin, car il s’agit également du visa le plus cher d’Asie du Sud-Est. Les frais de timbre pour un visa à l’arrivée à l’aéroport sont fixes: 45 $ US par personne pour une entrée unique et 65-95 $ US par personne pour un visa à entrées multiples. Ces frais sont payés en espèces, USD ou VND, au comptoir des visas à l’arrivée. Vous ne pouvez obtenir ce cachet de visa à l’arrivée que si vous avez déjà votre lettre d’invitation de visa que vous obtenez en ligne auprès d’une agence de voyage pour environ 20 dollars avant l’arrivée. Vous parlez donc de 65 dollars minimum si vous le faites vous-même, plus si vous le faites par le biais d’une agence de voyage et obtenez votre visa visa avant votre arrivée.

Laos

Un visa de 30 jours à l’arrivée est disponible au Laos, que vous arriviez par avion ou par voie terrestre. Il y a cependant certains postes frontaliers terrestres où ils ne délivrent pas de visa à l’arrivée, donc si vous prévoyez de traverser à un point obscur, il est préférable d’obtenir votre visa à l’avance.Le prix que vous payez dépend de la nationalité que vous êtes certaines nationalités paient beaucoup plus que d’autres (le coût moyen est d’environ 35 $). Si vous détenez un passeport du Japon ou de l’un des États membres de l’ANASE, vous n’aurez pas besoin de visa pour entrer au Laos. Comme d’habitude, vous aurez besoin de votre passeport pour avoir une validité d’au moins 6 mois, 2 photos de passeport et les frais de visa en espèces (de préférence en dollars américains).

Les extensions de visa sont assez faciles à obtenir, mais vous devrez planifier à l’avance et visiter le bureau de l’immigration à Vientiane si vous voulez éviter de prolonger votre visa (il y a actuellement une pénalité de 10 $ pour chaque jour supplémentaire que vous passez dans le pays)

Myanmar

Comme le Myanmar n’a ouvert que récemment ses portes aux routards du monde, il est encore un peu difficile quand il s’agit d’obtenir un visa. Vous aurez vraiment besoin de planifier à l’avance car tous les visas doivent être demandés en ligne à l’avance (il faut environ 5 jours pour les traiter) et comme vous ne pouvez pas entrer au Myanmar par voie terrestre, vous devrez vous rendre dans le pays. La bonne nouvelle est que les eVisas sont valables jusqu’à 3 mois (avant septembre 2014, ils n’étaient valables que 28 jours) et la liste des nationalités éligibles pour en faire la demande ne cesse de s’allonger. Bien qu’il soit parfois possible d’obtenir un visa à l’arrivée à l’aéroport international de Yangon, il n’est pas garanti et n’est donc vraiment pas recommandé!

Philippines

Un visa gratuit à l’arrivée est disponible si vous arrivez aux Philippines par avion. Il est valable jusqu’à 30 jours et la plupart des nationalités (sauf quelques-unes) sont éligibles pour postuler. Essentiellement, les citoyens de tout pays ayant de bonnes relations diplomatiques avec les Philippines sont les bienvenus dans le pays sans visa! Les touristes ne recevaient auparavant qu’un visa de 30 jours.

Comment les compagnies ne veulent pas rembourser les billets avions

Carnet-Voyage.com

Facebook-f


Twitter


Envelope

Vols en retard : l’astuce des compagnies pour éviter d’indemniser les passagers

Votre droit

Dès trois heures de retard, les passagers d’un vol ont droit à une indemnisation. Problème : les compagnies aériennes ne respectent pas toujours les règles de calcul de la durée des vols.

Les différents cas

Il existe beaucoup de cas différents mais soyez attentif aux détails et conseils suivants.

A savoir

Le temps, c’est de l’argent. Surtout pour une compagnie aérienne quand il s’agit d’indemniser ses passagers dont le vol arrive au-delà de l’horaire prévu. L’Union européenne impose des compensations financières aux passagers dès trois heures de retard. Mais pour en bénéficier, encore faut-il savoir comment calculer la durée d’un vol.
Mon voyage prend-il fin quand les roues de l’avion touchent la piste? Ou bien quand l’avion est arrêté à son point de stationnement? Une différence qui est tout sauf anecdotique. « Entre le moment où l’avion roule sur le tarmac et celui où il arrive à son parking, il peut s’écouler plusieurs minutes, estime Coline Port, juriste au centre européen des consommateurs. Tout dépend de la taille de l’aéroport et du trafic ». Quelques minutes qui peuvent faire la différence entre un chèque d’indemnisation d’au moins 250 euros et… rien du tout.

Dans son arrêt de septembre 2014, la cour de justice de l’Union européenne (CJUE), basée à Luxembourg, a décidé que le vol est terminé une fois que l’avion est arrêté, à son point de stationnement et qu’au moins une porte est ouverte. « Ce n’est qu’au moment où les passagers sont autorisés à quitter l’appareil et où est donné à cet effet l’ordre d’ouvrir les portes de l’avion que les passagers peuvent en principe reprendre leurs activités habituelles sans devoir subir ces contraintes », justifie la CJUE.
Une clarification utile à condition qu’elle soit respectée par les compagnies aériennes. Il n’est pas rare que les compagnies indiquent que l’avion est arrivé avec 2h58 de retard ou 2h59 pour échapper à leurs responsabilités. » Certaines compagnies low cost ou traditionnelles vont même plus loin en prenant comme heure d’arrivée le moment où l’avion touche la piste. « Elles comptent sur l’ignorance des passagers »

https://www.youtube.com/watch?v=43H74e339Do

Votre bagage est en retard ?

Si, à la descente de l’avion, vous ne trouvez pas trace de votre valise, ne vous affolez pas! Le plus souvent, le bagage égaré est restitué dans les quarante-huit heures. Toutefois, « il faut signaler immédiatement le problème à l’aéroport et signer un constat d’irrégularité bagages »Votre étiquette bagage, remise à l’enregistrement, fera foi. Conservez-la jusqu’à la fin du vol.
Dans 21 jours à compter de la livraison réelle de votre valise, vous pouvez demander à la compagnie aérienne le remboursement des frais de première nécessité (vêtements, produits d’hygiène…) que vous avez engagés. « L’indemnisation se fait sur factures et est laissée à la libre appréciation de la compagnie, selon le retard »Elle est plafonnée à environ 1 400 euros par valise et par passager.
Si la compagnie ne retrouve pas votre bagage dans les vingt et un jours après l’atterrissage, celui-ci est considéré comme perdu. Vous avez alors deux ans pour demander une indemnisation, en fournissant un inventaire précis du contenu de votre valise, ainsi que les factures, photos ou attestations de prix correspondantes. Attention, « certaines compagnies précisent qu’il ne faut pas mettre en soute des objets de valeur ou du matériel électronique. En cas de perte, ils risquent d’être exclus de toute indemnisation

Le vol n’atterrit pas à l’heure prévue

Si votre avion a plus de trois heures de retard sur l’horaire prévu d’arrivée, sans que la cause de ce contretemps constitue une circonstance extraordinaire (météo, grève des contrôleurs aériens…), et que vous voyagez sur une compagnie décollant d’Europe (quelle que soit sa nationalité) ou arrivant en Europe (à condition qu’elle soit européenne), vous avez droit à une indemnisation.
Elle est de 250 euros pour les trajets de moins de 1 500 kilomètres, 400 euros pour ceux entre 1 500 et 3 500 kilomètres, et 600 euros au-delà. Pour en bénéficier, il faut en faire la demande et être en mesure de fournir votre carte d’embarquement. La compagnie s’occupera de subvenir à vos besoins (repas, nuits d’hôtel…).

Surbooking : Votre place a été vendue deux fois

Elles vendent davantage de billets que de places assises pour se prémunir contre les annulations de dernière minute. Tous les passagers se présentent, elles invitent alors des volontaires à se désister. En contrepartie, ces derniers peuvent choisir entre un remboursement total de leur billet (aller et retour), ou un vol ultérieur, avec prise en charge des repas et des nuits d’hôtels. Dans ce dernier cas, les volontaires bénéficient d’une indemnisation identique à celle prévue en cas de retard d’avion, dans les mêmes conditions. Si ces dernières ne sont pas remplies, votre dédommagement dépendra de la législation du pays de départ : les Etats-Unis, pour un Los Angeles-Paris sur une compagnie américaine, par exemple. Prenez toujours connaissance de vos droits avant d’accepter la proposition de la compagnie. Elle peut être tentée de vous offrir une indemnisation moins élevée.

Pour le train

Si votre train arrive en retard, vous pouvez être indemnisé. Une somme forfaitaire a été fixée, en bons d’achat ou en liquide.
Ça correspond à 25 % du prix du billet pour un retard entre une et deux heures, et à 50 % au-delà. En France, la SNCF propose  une indemnisation en bons d’achat de 25 % du prix du billet dès trente minutes de retard, et de 75 % (en argent ou bons de réductions ) au-delà de trois heures.
Je vous invite à lire aussi :

Yepicai
Travel Blogger

Liens pour vous faire aider :

  • Refundmyticket Logo du site Refundmyticket: L’entreprise française créée en 2014 est la dernière arrivée sur un secteur déjà concurrentiel. Elle joue donc le jeu de l’attractivité, ses prix sont les plus bas du marché : 15 % + TVA si le conflit est résolu à l’amiable, ce qui revient à 18 % environ ; et 20 % + TVA, 24 % approximativement, pour un conflit résultant d’une procédure judiciaire. La simulation de viabilité de cas se trouve être concise et rapide. Le site est également affilié à la Commission européenne, un véritable gage de confiance.
    Vol-Retardé Logo du site d'indemnisation de billets d'avion Vol-Retardé: Créée en 2010, cette plateforme d’indemnisation hollandaise possède des frais de service se situant dans la fourchette basse du marché : 25 % TTC. La simulation de cas est explicite et permet de se faire un avis sur les probabilités de succès de sa démarche. En cas d’insuccès de votre procédure, Vol-Retardé ne vous demande aucun frais supplémentaire ; prouvant son implication et son sérieux.
    Logo du site Air IndemnitéAir Indemnité : Plateforme française fondée en 2007, Air-Indemnité est l’une des premières à s’être positionnée sur le marché des réclamations financière pour vols annulés. Comme la plupart de ses concurrentes, le client ne paie qu’en cas de succès de la procédure. Le montant du service, 30 % TTC sur la compensation rétribuée, est dans les plus chers. Nous avons testé le service et la réponse a été rapide, moins de 24 heures pour savoir si notre requête était possible. Deux bémols : l’ergonomie du site et le frais supplémentaire de 10 % de la commission si retard de paiement !
error: Le Contenu du site est protégé