Archive mensuelle septembre 15, 2018

Refus d'embarquement et surbooking : quels sont vos droits ?

Un refus très frustrant

Le surbooking est une pratique des compagnies aériennes qui consiste à vendre plus de billets que de places disponibles. Vous partez en vacances en avion ? Quels sont vos droits?

Quels sont vos droits en cas de surbooking ?

Le surbooking est une pratique autorisée. Cependant, sur certains vols, la législation européenne vous garantit une assistance et une indemnisation financière si la compagnie aérienne vous refuse l’embarquement pour cette raison.

Assistance en cas de surréservation

Lorsque l’embarquement vous est refusé pour cause de surbooking, 2 options s’offrent à vous. Vous pouvez décider d’attendre un autre vol vers la même destination ou de renoncer à votre vol.
Vous décidez d’attendre un autre vol
La compagnie aérienne doit alors :

PACKING

vous offrir un vol vers la même destination, dans des conditions équivalentes (même classe…) et sans paiement supplémentaire ;

MOVING

  • vous offrir deux appels téléphoniques, télex, télécopies ou courriels.
  • vous fournir gratuitement rafraichissement et restauration dans le délai d’attente.

STORAGE

  • vous garantir un hébergement et le transport entre l’aéroport et le lieu d’hébergement s’il n’y a pas de possibilité de prendre un autre vol le jour même ;

vos décisions

Vous décidez de renoncer à votre voyage

La compagnie aérienne doit vous proposer le remboursement intégral de votre billet dans un délai de 7 jours francs. Pour obtenir ce remboursement, vous n’avez pas à faire de démarche supplémentaire.

Indemnisation financière pour surréservation

Lors du refus d’embarquement, la compagnie aérienne doit vous remettre une notice écrite vous expliquant comment effectuer une demande de dédommagement. Vous devrez alors envoyer cette demande par lettre recommandée avec accusé de réception, en suivant les instructions de la notice.
Le montant de l’indemnisation auquel vous pourriez avoir droit est calculé en fonction du retard total à l’arrivée et de la longueur du trajet prévu :
pour tous les vols jusqu’à 1 500 km : l’indemnisation est de 250€ (125€ si le retard ne dépasse pas 2 h) ;
pour les vols dans l’Union européenne de plus de 1 500 km : l’indemnisation est de 400€ (200€ si le retard ne dépasse pas 3 h) ;
pour tous les vols entre 1 500 et 3 500 km : l’indemnisation est de 400€ (200€ si le retard ne dépasse pas 3 h) ;
pour tous les vols entre l’Union européenne et un autre pays hors Union européenne de plus de 3 500 km : l’indemnisation est de 600€ (300€ si le retard ne dépasse pas 4 h).

Assistance et indemnisation financière pour surbooking : quelles sont les conditions ?

La prise en charge et l’indemnisation ne peuvent pas être effectives si le refus d’embarquement vous est imputable, c’est-à-dire, par exemple, si vous n’avez pas vos papiers ou vos billets, ou si vous arrivez en retard.
Seuls certains vols sont concernés par le droit à l’assistance et à l’indemnisation.
A savoir
Les délais de réponse des transporteurs peuvent atteindre 2 mois. Si à l’issue de ce délai, votre transporteur ne vous a pas répondu ou vous a répondu de manière insatisfaisante, vous pouvez contacter la direction générale de l’aviation civile (DGAC).
Pays d’arrivée
En Europe
hors d’Europe
en Europe*
en Europe
Nationalité de la compagnie aérienne
toutes les nationalités
toutes les nationalités
européenne
non européenne
Avez-vous droit à l’assistance et à l’indemnisation financière ?
OUI
OUI
OUI
NON

En savoir plus

Bagage perdu ou endommagé… La compagnie aérienne vous doit des comptes.

Aéroports de Paris et Nice : des contrôles de passeports à reconnaissance faciale

Biométrique or not ?

Dans le cadre du système de contrôle des passeports intitulé « Passage automatisé rapide aux frontières extérieures » (Parafe), les aéroports de Paris-Charles-de-Gaulle, de Paris-Orly et de Nice viennent de mettre en place un dispositif de reconnaissance faciale avec l’installation de nouveaux sas où les visages des passagers sont scannés afin d’être comparés à la photo de leur passeports.

La technologie

Le principe

Pour pouvoir bénéficier de ce système de reconnaissance faciale qui permet un passage plus rapide (en 10 à 15 secondes) que la reconnaissance digitale, il faut répondre aux conditions suivantes :

  • être majeur ;
  • avoir un passeport biométrique ;
  • avoir la nationalité de l’un des pays de l’Union européenne (les aéroports parisiens précisant que les ressortissants de la Suisse, de la Norvège, de l’Islande et du Liechtenstein sont également éligibles à ce dispositif).

La reconnaissance faciale s’effectue dans des sas spécifiques. Après avoir passé votre passeport sur un lecteur, vous vous positionnez dans le sas en fonction du marquage au sol et vous regardez la caméra afin que votre visage soit identifié.

Il y a 21 sas à reconnaissance faciale à l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, 15 à Paris-Orly et 4 à l’aéroport de Nice Côte d’Azur (il y en aura à terme 16 à Nice).

À noter :En parallèle à ce système de reconnaissance faciale, ces aéroports continuent de proposer le dispositif Parafe à reconnaissance digitale.

En savoir plus

Comment savoir si mon passeport est sécurisé ?

Peut-on encore voyager avec un ancien modèle de passeport ?

Parafe, le contrôle aux frontières automatisé

L’aéroport Nice Côte d’Azur installe des sas Parafe à reconnaissance faciale

error: Le Contenu du site est protégé